07/05/2009

Ghinzu - Mirror Mirror

51QrUAvbGsL._SL500_AA240_Commençons par un coming-out (que je n'ai jamais caché) : je suis belge. Et donc, je suis légalement obligé d'adorer Ghinzu. Pas possible autrement : chaque magazine, chaque journal parle d'eux comme "le plus grand groupe de l'histoire du rock Belge" (authentique, une fois). Donc, avoir le malheur de les critiquer, c'est un peu comme être américain et ne pas trop être fan des guerres pétrolières. Ben moi, figurez-vous, Ghinzu m'emmerde.

Ce n'est même pas spécialement leur background bourgeois (j'aime bien les Strokes) ni la tête à claque du chanteur (même remarque) ni même son pseudo imbécile ("John Stargasm", déjà plus vendeur que David Israël, non?). Ce n'est pas non plus le fait que leur service presse est excellent, écrivant à l'avance les articles publiés par les grands quotidiens belges (l'article dans Le Soir était ridicule). Ce n'est même pas non plus leur accent anglais naze (Girls In Hawaii, heureusement, fera toujours pire) ou leurs paroles qui feraient se tordre de rire un scénariste de porno ("Let me in, let me out / Swallow me slowly / I'm down in your throat / I can hear singing / I can hear you screaming your joy? PLEASE, je m'en vais écouter Be Aggressive de Faith No More). Est-ce peut-être le fait que chaque morceau de l'album est aussi sous influence que le gosse caché de Pete Doherty et Amy Winehouse? Qu'ils ont tellement écouté Soulwax qu'ils ont oublié que Soulwax a été un chouette groupe rock? Que malgré tous les efforts fournis, Stargasm n'est pas Casablancas (Take It Easy, même les titre est plus Strokes que les Strokes). Que la pochette est assez honteusement pompée sur Battles?

Non, même pas, rien de tout ça. C'est juste que Mirror Mirror ne me fait rien. Ce n'est pas désagréable, correctement joué (même si on fait de ces miracles, à notre époque...), évidemment très pute, mais c'est leur marque de fabrique, aussi. C'est un disque merveilleusement calculé, parfaitement formaté pour chaque occasion. DJ set dans une soirée chic, festivals bourrins en Flandre et ailleurs, nos fantastiques radios belges, le vieux con qui croit qu'il connaît un truc hype, l'enchaîneur de disques à un mariage, ça marche à chaque fois, taux de pénétration (faut se mettre au niveau) proche des 100%.

Mais la vie est trop courte, et 2009 fort riche en sorties nettement plus intéressantes pour perdre son temps avec cet album. Même si le trip Dalida est marrant.

14:01 Écrit par Denis | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.