13/04/2009

Yeah Yeah Yeahs - It's Blitz!

Yeah-yeah-yeahs-its-blitzVoici un parfait exemple d'évolution musicale. Apparu dans le paysage rock en même temps que les Strokes et compagnie, les YYY ont systématiquement pris la tangente et sorti des albums diamétralement différents. It's Blitz!, le troisième, sera sans doute connu comme l'album "dance". Non, ce n'est pas une mauvais chose.

Le single d'intro Zero est un punch parfait, fait de la voix sexy de Karen O, de guitares disco et de synthés festifs. Franchement bon, et de bon augure pour la suite. Heads Will Roll et Softshock continuent cette tendance disco-dancey, mais sans jamais tomber dans le facile ou le vulgaire, grâce aux talents des musiciens, car on est loin d'un album électro : la batterie de Brian Chase est énorme de précision (Skeletons, Shame And Fortune) et Nick Zinner est toujours capable d'envoyer des tons de guitares spectaculaires (Dull Life).

Karen O est plus discrète que d'habitude, passant sans problème d'un registre à l'autre, de la déesse post-punk que l'on connaît à ... Debbie Harry. On arrive difficilement à s'ennuyer au cours des 41 minutes qui composent l'album, grâce à la variété des morceaux et des rythmes. Runaway, "ballade", fait évidemment penser à Maps, avec Karen en mode superémotif, mais c'est l'exception dans un album expansif, qui se termine pourtant de manière posée.

Difficile de cerner les Yeah Yeah Yeahs, mais une chose est sûre : ils font exactement ce qu'ils ont envie de faire à l'heure actuelle. It's Blitz! est vraiment excellent, fonctionnant aussi bien sur les pistes de danse que dans un casque, dans le noir. Contrairement à nombre de ses condisciples de la new rock revolution (copyright NME), ils évoluent très bien, et deviennent carrément meilleurs.

Oh, et dans un monde radio dominé par Timbaland et Kanye West, Dragon Queen devrait être un hit immense. Le fait qu'il ne le sera pas est encore plus rafraichissant.

14:19 Écrit par Denis | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.