20/02/2009

Hot Leg - Red Light Fever

amyfront1-rlf-coverQuel terrible destin que celui de Justin Hawkins. Il y a à peine cinq ans, son groupe The Darkness vendait des camions de Permission To Land, et headlinaient les plus gros festivals anglais, grâce à leur retrometal invraisemblablement ironique, un sens du show inouï, et surtout, des morceaux quand même vraiment bons. Forcément, ça ne pouvait pas durer : l'album n°2, pourtant pas si mauvais, floppe, Justin rentre en désintox, se fait virer (le reste du groupe formant le bien moyen Stone Gods)  et rate sa qualification pour représenter le Royaume-Uni à l'Eurovision. Oui, ça fait mal.

Quelques années plus tard, il semble que Justin s'est remis de ses émotions, et, en attendant un gros chèque pour reformer Darkness, refait plus ou moins la même chose avec Hot Leg. Formule : on prend les morceaux de Darkness en ajoutant encore plus de kitsch, d'acrobaties vocales, de synthés (qui ressemblent à des guitares) pas possibles et de solos de guitare (qui ressemblent à des synthés) forcément interminables. C'est toujours aussi con, mais nettement moins bon (ouais, je me mets au niveau) : Chickens parle effectivement de poulets, mais est bien loin d'un Get Your Hands Of My Woman. En fait, c'est une sorte de Darkness light, 5 ans trop tard et donc, même pas marrant : "oh the eighties / it was the gayties / it was the straighties". Sans rire. Simplement médiocre, l'album pose une question embarrassante : mais qui a vraiment écrit Permission To Land?

14:36 Écrit par Denis | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

10/02/2009

The Von Bondies - Love, Hate and Then There's You

folderCertains groupes l'ont plus facile que d'autres. Les Von Bondies commencent à connaître un succès underground notamment grâce au producteur de leur premier album, Jack White? Ce dernier knock-oute Jason Stollsteimer, leader des VB, à un concert (d'un autre groupe de Detroit, Blanche). C'Mon C'Mon leur apporte reconnaissance et airplay? L'album ne connaît pas la même réussite que le single, et le groupe allait commencer une traversée du désert de cinq ans, faite de départs de deux des quatre membres fondateurs et évidemment, un coup de pied au cul de leur label.

Les 2 VB restants (Stollsteimer et le terrible batteur Don Blum) ont tout repris de zéro : deux nouveaux membres, et les classiques tournées/myspace pour se faire re-remarquer. Après un prometteur EP l'an dernier, le nouvel album marque la fin de cette période probablement pas très fun, mais qui a permis au groupe de se retrouver.

Ce qui permet à Love ... (titre choisi par leurs "amis" myspace, ce qui explique peut-être cela) d'être un album franchement bon, qui n'inversera pas le réchauffement climatique (au contraire, vu l'effet de serre produit par leurs concerts intenses), mais qui compte quelques très bonnes chansons. This Is Our Perfect Crime entame l'album comme une justification de leur nouveau souffle ("we are the spark ... we are the underground"), démontré par la voix abrasive de Stollsteimer. Shut Your Mouth, Pale Bride et la majorité de l'album gardent la même formule de morceaux rapides, entraînants et assez bien fichus. She's Dead To Me commence même comme quelque chose sorti des sessions de Nevermind

Brut et direct, l'album renvoie plutôt au rock n' roll basique de Lack Of Communication qu'au glampop de Pawn Shoppe Heart, mais avec une plus grande sophistication d'écriture (enfin, sophistication, tout est relatif) et un sens conservé du fun, même si le trentenaire Stollsteimer devrait parfois arrêter de penser qu'il a 21 ans. Accidents Will Happen, et plus généralement les backing vocals des nouvelles bassiste et guitariste (on a quand même conservé la touche de glamour après le départ de Carrie et Marcie) font penser à la dynamique des girl bands des 50s, tout en conservant une certaine authenticité de la part d'un groupe trop vite considéré comme bandwagon jumper. Love, Hate and Then There's You est une très bonne surprise, et il ne reste plus qu'attendre leur passage dans une petite salle étouffante près de chez vous.

15:06 Écrit par Denis | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

05/02/2009

Franz Ferdinand - Tonight : Franz Ferdinand

Tonight-FFQuatre ans après un controversé second album, le retour des quatre écossais est discret : Ulysses commence par un beat calme et des murmures d'Alex Kapranos, loin des exubérances qui ont leur réputation. Mais sur un cri de "let's get high", le morceau prend une tournure définitivement FF après une minute : festif, dansant, mais avec les guitares abrasives cette fois aidées par un synthé qui joue les premiers rôles. Pas le single le plus impressionnant possible, mais un choix intrigant, surtout que le morceau se retourne après 2"20 ("you're never coming home", ben oui, Ulysse et tout). Ulysses est symptomatique de FF en 2009 : incertain, différent mais pas trop.

Il est vrai qu'il n'est pas facile de suivre un album très hype mais au demeurant excellent par un second pas mauvais, mais trop "facile". Les Strokes ont d'ailleurs toujours à se remettre de First Impressions of Earth. FF tente la différence dans la continuité, ou vice versa : impossible de ne pas les reconnaître, mais Kapranos & co rajoutent des éléments électro (parfois limite kitsch, voir Live Alone) pour varier des plaisirs somme toute agréables mais assez dispensables. Même si les quatre minutes rave Korg DS-10 de Lucid Dreams sont, hmmm, mal placées?

Tonight : Franz Ferdinand n'est pas mauvais, mais pas trop convaincant non plus : No You Girls suit la formule habituelle, mais manque de punch, et les ballades clôturant l'album, même si bien jolies, ne laissent pas d'impression inoubliable, contrairement au premier album, voire au second. Can't Stop Feeling est un monstre de dancefloor, ceci dit.

On ne pourra pas dire que FF se plante : l'album compte quelques bons moments (Twilight Omens, Bite Hard notamment), mais en terme d'impact, rien n'aura l'impact de leur production précédente, et en termes de relevance, c'est assez dangereux, surtout pour une scène à la mémoire courte.

17:32 Écrit par Denis | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |