09/11/2008

Of Montreal - Skeletal Lamping

SkeletalLampingCover2Of Montreal, évidemment, ne vient pas de Montreal. Mais d'Athens, Georgia, comme REM. Et ils ne sonnent pas du tout comme REM, mais plutôt comme... Of Montreal. Habitués des honneurs de Pitchfork et des albums concepts barrés (ce qui va souvent de pair), le groupe devait confirmer leur album-breakthrough, Hissing Fauna Are You The Destroyer, durant lequel le frontman Kevin Barnes (attention) se transforme en Georgie Fruit, transsexuel black & ex-taulard de 40 ans, ex-musicien de funk dans le groupe Arousal. Ce sera donc ce Georgie Fruit qui sera le héros de l'album, et on ne peut pas ne pas le remarquer, tant il exude l'exubérance.

En fait d'album, Skeletal Lamping (le nom d'une technique de chasse assez horrible) est une série totalement psychopathique et schizophrène de bouts de morceaux, repris plus ou moins aléatoirement en quinze pistes. Ca part littéralement dans tous les sens, passant de la disco assez gay au noise rock, après un passage hip-hop. Et inversément. Skeletal Lamping est aussi un de ces albums difficiles à décrire, il faudrait un article entier rien que pour décrire ce qui se passe dans un seul morceau. Ce qui force l'admiration au départ avant de devenir franchement irritant : c'est peut-être le but, mais il semble qu'à aucun moment, le groupe ne sait ce qu'il est en train de faire. De plus, les idées sont tellement courtes qu'elles manquent de développement : on retient un hook, et il disparaît aussitôt.

Ce qui ne disparaît pas, par contre, c'est l'obsession franchement maladive de Barnes/Bowie/Fruit pour le sexe. "We can do it softcore if you want, but you should know that I go both ways". Tant mieux, ça fait plus de choix. Parfois, le groupe change de registre (enfin, façon de parler, vu qu'il n'en ont pas vraiment, de registre) et lorgne vers le sentimental. Mais Touched Something Hollow ressemble à Elton John sous crack, et ouvre la voie à l'invraisemblable An Eluardian INstance, sorte de Love Boat disco.

Sans surprise, les morceaux les plus facile à digérer sont les plus classiques : le premier single, Id Engager (et la tyrannie du phallus) et l'irrésistible Gallery Piece. De l'autre côté du spectre, Plastis Wafers est une expérience frankensteinienne en n'importe quoi. Et rien que pour le titre, il faut citer Triphallus, To Punctuate!

Of Montreal, malgré leurs efforts, ne réussisent pas à sortir le classique qu'on pouvait peut-être attendre. Skeletal Lamping est truffé de choses extraordinaires, mais elles sont trop peu nombreuses, et surtout, très difficile à trouver et à conserver, comme si le groupe enfouissait consciemment son talent. Outre le quota d'irritation fort important, ils ont toutefois réussi à démontrer leur grand talent, qu'on espère mieux utilisé la prochaine fois. Puis, Skeletal Lamping est quand même leur neuvième album : ils ne peuvent plus passer pour des débutants.

22:12 Écrit par Denis | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.