24/06/2008

Sigur Rós – Með Suð Í Eyrum Við Spilum Endalaust

  Sigur_medsud_600

Ecrire sur Sigur Rós, c'est souvent un exercice de style que n'aurait pas renié Raymond Queneau : comment éviter les clichés, les lutins, geysers et glaciers qu'évoquent forcément la musique des islandais? Contre toute attente, Sigur Rós eux-même nous fournissent la réponse : le nouvel album est assez différent des précédents, et n'évoque plus vraiment les mêmes images.

Le premier morceau, Gobbledigook (?) choque, parce qu'il ne ressemble absolument pas à la production connue du groupe, mais plutôt à Animal Collective reprenant The Yeah Yeah Yeah Song des Flaming Lips, en Islandais (quand même). L'espèce de drone lancinant caractéristique du groupe est, sinon totalement absent, nettement plus discret tout au long de l'album, comme s'ils avaient voulu marquer distinctement le changement. Bien leur en a pris : c'est leur meilleur depuis un petit bout de temps.

Le début de l'album est constitué de morceaux relativement courts, aérés, avec une impression générale de légèreté estivale, de bien-être. Si seulement ils chantaient en anglais, ils connaîtraient un succès à la Arcade Fire, voire plus. (Góðan Daginn, Vid Spilum Endalaust) . Mais il ne le font pas, ils ont raison, et transcendent toute comparaison. Festival, pierre d'achoppement de l'album, est formidable, tout. au long de ses neuf minutes divisées en deux parties : émotionnel d'abord, nettement plus rythmé ensuite, un chef d'oeuvre. Dans le genre épique, Ára Bátur fait encore plus fort, avec un final monumental, fait de choeurs, de percussions puissantes et d'une orchestration qui rappelle d'un coup tous les clichés repoussés ci-dessus.

Mais le point fort de l'album, ce qui leur a manqué ces dernières années, c'est la variété des ambiances. Með Suð Í Eyrum débute avec une magnifique intro au piano, rappelant à quel point les débuts du groupe (le superbe Agaetis Byrjun) a inspiré Thom Yorke. Illgresi est quant à lui emmené par une simple guitare folk et la voix inspirée de Jón Birgirsson. En passant de la multi-instrumentation à la simplicité, Sigur Rós se rapproche du sublime.

Le relatif dynamisme du début de l'album se dilue assez rapidement, et au final, on retrouve nettement plus de morceaux « typiques » que de Gobbledigooks. On pourrait regretter que la volonté de changement n'ait pas été plus prégnante, mais quand on se retrouve face à des morceaux de cette qualité, on peut plus facilement le comprendre. Fljótavik mériterait d'avoir un film écrit pour elle, rien que pour qu'on puisse utiliser visuellement son énorme potentiel émotionnel.

Même si l'album n'est finalement pas si surprenant que ça, il se conclut par une grande première, qui sera peut-être interprété comme un indice sur le futur du groupe. Oui, All Alright est bien en anglais, et oui, c'est la première fois.

Með Suð Í Eyrum Við Spilum Endalaust est un album important, qui tend aussi bien vers le passé (il surpasse () et Takk, en retrouvant le sublime des débuts) que le futur (les expérimentations sonores, le titre en anglais). On peut donc s'interroger sur l'avenir d'un groupe qui a commis la petite faute de s'être un peu endormi, mais le réveil aura été aussi efficace qu'impressionnant. Mais avant de se poser trop de questions sur le futur, profitons du présent, et d'un album splendide.

7,5/10

18:08 Écrit par Denis | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.