06/06/2008

Weezer - Weezer

Weezerred2Un nouvel album de Weezer, c'est avant tout un plongeon dans le psyché de Rivers Cuomo, auteur/compositeur/geek en chef, qui a décidé de ne pas donner de nom à l'album, pour la troisième fois. Après le bleu, le vert, voici donc le rouge. Ensuite, c'est aussi une interrogation après les relatives (et moins relatives) déceptions des précédents. On n'a pas spécialement envie que Weezer revienne au style des débuts, mais faire mieux que Beverly Hills, ça serait bien quand même.

Troublemaker, annoncé erronément comme premier single, sera sans doute le second : sympa mais sans grand intérêt, ce qui n'augure rien de bon pour la suite. Mais en parlant de suite, Rivers en a dans les idées : The Greatest Man That Ever Lived est de loin le morceau le plus complexe du groupe, et ferait passer Bohemian Rhapsody pour un morceau des Ramones. Petit résumé : intro au piano / grime avec sirène et Cuomo qui rappe (mal) / guitare sèche / un choeur big band / un falsetto à la Mercury avec la guitare de Brian May / un couplet punky / j'en passe et des meilleures / un spoken word sur un solo de basse / une polyphonie à la (encore) Bohemian Rhapsody / encore d'autres trucs, et un final tout en riffs metal.

C'est étrange, mais assez bien réussi. On peut regretter que certaines idées n'ont pas été développée en chansons entières, mais on est surpris, ce qui est toujours agréable. Pork and Beans suit, et est sans doute le meilleur single de Weezer depuis Hash Pipe, voire même avant. On peut se moquer des paroles de Cuomo, mais le morceau n'est pas mal du tout.

Problème : l'album ne garde pas du tout le même niveau. Heart Songs, une ballade (évidemment) est sauvée par son thème, à savoir une liste des artistes et chansons qui ont influencé Cuomo, dont un couplet entier sur un extrait d'un album sorti en 1991 avec un bébé nu sur la pochette (réponse sur carte postale à l'adresse habituelle). C'est bien parce que ça parle personnellement à beaucoup de monde, sinon, délit de kitscherie intense. Que dire d'Everybody Get Dangerous, alors? Rivers rappe encore, les paroles sont pourries et le middle eight me rappelle Papa Roach. Papa Roach! Evidemment, comme souvent avec Rivers Cuomo, il est difficile de savoir s'il faut prendre tout cela au premier degré, mais si je voulais de la parodie, j'irais écouter Weird Al.

La suite et fin de l'album est assez oubliable et fort peu inspirée. Rivers cède le micro sur deux morceaux, mais il n'aurait pas du. Ok, quasi chaque morceau possède au moins un bon plan, mais cela reste assez médiocre. Ceci dit, comparé à l'innommable Make Believe, c'est un mieux indéniable. Mais c'était mieux avant, ma ptite dame.


4/10

09:00 Écrit par Denis | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Commentaires

bonsoir je découvre ton blog qui est super intéressant
Je reviendrai le visiter dès que possible
Très bonne fin de soirée
Bisous

Écrit par : marie-claire | 06/06/2008

Les commentaires sont fermés.