28/07/2005

Alanis Morissette - Jagged Little Pill Acoustic

1995. MTV, croyez-le ou pas, osait parfois diffuser des clips avec des guitares dedans. Parmi eux, You Oughta Know, You Learn, Hand In My Pocket et Ironic, en répétition constante sur la chaîne cette année-là. Pour fêter ça, et surtout pour tenter une nouvelle fois de relancer la carrière stagnante de la chanteuse canadienne (récemment naturalisée américaine, d'ailleurs), Warner (via Starbucks, qui a eu l'exclusivité de vente pendant deux mois) sort une version acoustique de Jagged Little Pill.

De manière très claire, la version unplugged du premier album de la jolie Alanis (comme on la connaît) n'apporte rien du tout, et les nouvelles versions ne sont pas vraiment bien foutues. Le pire vient de la piste cachée, originellement acapella et maintenant arrangée très bourrin. Heureusement, Jagged Little Pill reste un excellent album, donc les arrangements douteux ne parviennent pas à tout gâcher. Mais cette galette est simplement inutile.

5/10



12:58 Écrit par Denis | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

Iggy Pop - A Million In Prizes : The Anthology

Le monde est injuste. Pourquoi, lorsqu'un des groupes les plus importants de l'histoire du rock'n roll se reforme, on n'en parle que très peu, et lorsque ce même groupe part en tournée, tout ce qu'on leur propose sont les festivals de losers de Nandrin et Lokeren. Heureusement, sort une anthologie du leader de ce groupe, le tout aussi légendaire James Osterberg. Un nom très peu RnR, d'où son nom de scène : Iggy Pop.

A Million In Prizes reprend les temps forts de l'Iguane, en commençant par des extraits des trois albums des Stooges, qui plombent la fin des sixties avec des guitares acérées, un rythme lourd, des paroles désabusées et la gouaille inimitable d'Iggy : No Fun, I Wanna Be Your Dog, Search And Destroy sont définitivement trois des plus extraordinaires morceaux rock de tous les temps. Ensuite, Iggy cherchera sa voie, avec plus ou moins de succès (comme son ex-coéquipier David Bowie). Ce qui fait que l'anthologie est par moments moins essentielle, mais elle retrace l'entièreté de la carrière d'Iggy. Lust For Live et The Passenger la relancent, et à raison : la basse de Lust for Life est une des plus reconnaissables et copiées.

Le second disque montre ses talents vocaux, et une incroyable voix de crooner, des duos avec Kate Pierson (B-52s) et Debbie Harry, deux morceaux live (Tv Eye, Loose) et se conclut sur des extraits des albums récents, dont le dernier, Skull Ring, qui a vu la participation des ex-Stooges pas encore réunis, et de "jeunots" comme Sum 41 ou Green Day.

Même si la qualité est évidemment inégale, une anthologie d'Iggy Pop se doit de figurer dans tout discothèque d'amateur de musique rock au sens très large.

Mais le monde est injuste quand même, parce que ça ne se vendra pas aussi bien que ça devrait.



12:58 Écrit par Denis | Lien permanent | Commentaires (8) |  Facebook |

14/07/2005

The Subways - Young For Eternity

Encore un petit hype (ça faisait longtemps: The Subways (où s'arrêteront-ils, dans les noms de groupe?), deux gars et une fille (la bassiste, par ailleurs copine du chanteur/guitariste), comparés, en vrac, à Nirvana, Oasis, The Vines, Von Bondies, et produits par Ian Broudie (ex-Lightning Seeds et depuis producteur full time des Zutons ou The Coral).

Leur premier single, Oh Yeah, est effectivement comparable aux Von Bondies (rock garage + backup vocals féminins) tandis que Rock’n Roll Queen ressemble par moments très fort à Aneurysm (avec des moments lyriques d'anthologie : "You are / so cool / You are so rock n roll"). De même, la voix fait penser aux débuts de Noel Gallagher croisée avec Brian Molko. En parlant de voix, la bassiste en a une absolument insupportable, on suppose donc qu'ils se sont bien trouvés... D'ailleurs, l'album, et avec lui le groupe, tiennent uniquement sur leur relation, et l'histoire a prouvé que ce genre de relation artistique fonctionne rarement sur la durée.

Young For Eternity est donc particulièrement sous influence, parfois ça marche et parfois moins... Comme il s'agit d'un premier album, on sera indulgent, mais il faudra qu'ils varient sérieusement leur vocabulaire musical, et qu'ils perdent cette mauvaise idée de mettre leur meilleur morceau en piste cachée. Beaucoup de bruit pour pas grand chose, on retourne écouter Nine Black Alps.

4/10

22:52 Écrit par Denis | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Pennywise - The Fuse

Pennywise est un groupe mythique de la scène punk hardcore californienne, loin des navrants Offspring (quoique leurs débuts étaient communs) et autres Simple Plan. Aux côtés de Rancid ou Bad Religion, le groupe a écrit les règles d'une musique sans concession, mais assez classique, tant au niveau musical (influences évidentes de Fugazi, Dead Kennedys, Refused) que thématique (mal-être social, politique, ...). Ceci dit, on reste admiratif devant leur volonté et acharnement, on ne connaît que très peu de groupes qui sont toujours utiles et en pleine forme après 10 ans. Évidemment, ceux qui ne sont pas intéressés par cette musique ne changeront pas leur opinion (à tort, parce que la musique du groupe est plus variée qu'il n'y paraît), mais les autres dévoreront un album homogène, avec très peu de faiblesses, et qui se révèle être un de leurs tout meilleurs. Respect.

7/10

22:52 Écrit par Denis | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

12/07/2005

Transplants - Haunted Cities

Après le split (pardon, "hiatus de durée indéfinie") de Blink-182, leur batteur Travis Barker doit bien se trouver quelque chose à faire pour se payer ses tatouages (quoiqu'il ne doit plus rester grand chose à tatouer). En attendant un éventuel second album de Box Car Racer, Barker a décroché un show à la The Osbournes sur MTV, et sort le second album des Transplants, où on retrouve aussi Tim Armstrong de Rancid. Haunted Cities continue le mélange peu harmonieux entre hip-hop et punk, en se payant les collaborations de Cypress Hill et de Boo Yaa Tribe, même si c'est la voix du chanteur Rob Aston qui domine, dans un ton faussement bourré mais vraiment bourrin.

Les riffs d'Armstrong sont assez faibles, et en général les compos sont lourdes et mal balancées, entre punk hardcore (Apocalypse Now) et gentil funk old school, reggae, ou ska. Ce qui fait qu'à certains moments, Sandinista! est la seule chose à laquelle on pense (Gangsters And Thugs), ce qui ne serait pas trop un problème si c'était mieux exécuté. Et les paroles varient entre le cliché et la très complaisante critique du gouvernement US (vu qu'une bonne partie du public potentiel se trouve/en revient/va aller en Irak, faut pas pousser non plus).

Reste quand même le cas Travis Barker, qui est un batteur absolument extraordinaire, à la technique parfaite et la rythmique exemplaire. Il faut l'entendre créer et jouer un rythme hip-hop que peu de boîtes à rythme pourraient émuler. Mais on sait ce qu'on doit faire d'un album uniquement valable pour le batteur...

3/10

16:13 Écrit par Denis | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

10/07/2005

The Offspring - Greatest Hits

Après sept albums, le groupe punk californien Offspring passe par la case best of, et ouvre ainsi la saison des compilations. Première remarque, pour un groupe à la carrière longue et remplie, 14 morceaux, c'est assez court. En fait, la compilation insiste surtout sur les singles assez récents, et ignore complètement les deux premiers albums. Après un inédit assez sommaire, arrivent les 3 extraits de Smash, qui a permis à Offspring de se faire connaître : Self Esteem pompe joliment Smells Like Teen Spirit, et Come Out And Play commence ce qui va se révéler être une caractéristique du groupe : les gimmicks. Sur ce morceau, c'est une mélodie de charmeur de serpents, Pretty Fly For A White Guy et Original Prankster jouent la carte hip-hop ironique, alors que Hit That a sans doute été composé partiellement sur Game Boy.

Rien de bien intéressant sur cette compile, mis à part le punk speedé de All I Want et le nu grunge Defy You. Offspring n'est certes pas le meilleur groupe du siècle, mais ils ont définitivement des morceaux meilleurs que ceux-là, il est vraiment dommage d'avoir basé cette compile sur leur passé récent. Á noter en piste cachée, une reprise anecdotique de Next To You de Police.

4/10

20:24 Écrit par Denis | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Jamiroquai - Dynamite

Jason Kay est une des personnalités les plus haïssables du monde musicale. Son goût pour la vitesse et le non-respect élémentaire du code de la route, ses apparitions mort bourré dans la presse people, couplé avec un groupe qui a tendance à faire n'importe quoi depuis quelques années ont causé ce mouvement sinon de rejet, au moins d'indifférence.

Depuis des débuts prometteurs, Jamiroquai a sombré dans un univers de musique facile pour auditeurs très peu exigeants, plagiant un peu partout (on a souvent parlé de la flagrante similitude avec Stevie Wonder). Leur 6ème album n'annonçait pas grand chose de positif pour le groupe préféré de Jamie Oliver, même s’ils ont pris plus de temps que d’habitude pour le mettre en boîte (5 ans). Eh bien, finalement, on est un peu surpris. L'élément le plus insupportable du groupe (la voix de Jay Kay) est modifiée, comme s'il avait décidé de varier un peu (quoique Protools est sans doute le principal responsable).

Le premier single Feels Just Like It Should fait donc penser à Deeper Underground, qui était sans doute leur dernier single valable. La basse est variée et dominatrice, ce qui n'était plus le cas depuis le départ de Stuart Zender (après Travelling Without Moving). Les morceaux plus dansants font un peu moins pute qu'avant, même s'ils sont toujours bien trop longs. Le groupe ose même des guitares fuzz dans Black Devil Car, un probable futur single. Sinon, à part quelques petites choses ingénieuses (une flûte, qui remplace le didgeridoo d'antan), on est très vite lassé.

Même si Dynamite est leur meilleur album depuis Travelling Without Moving, on est pas vraiment convaincu par un groupe qui n'existe que pour payer les grosses bagnoles de Jay, et accessoirement pour faire danser sur de la mauvaise musique.

3/10

20:21 Écrit par Denis | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |