09/12/2004

The Arcade Fire - Funeral

Mea culpa, j'avais raté cet album à sa sortie en septembre, mais à l'époque où on compile les listes du meilleur de 2004, il est impossible de passer à côté de Funeral, nouvel album du collectif canadien The Arcade Fire. Disons-le tout de go, Funeral est exceptionnel, tout à fait hors du temps. Il crée une véritable ambiance gothico-baroque, sans qu'on sache vraiment pourquoi, ce qui donne une identité propre, une idée d'ensemble à Funeral. Musicalement, les morceaux font parfois penser à Grandaddy (claviers, accords de guitare bruts), à Talking Heads (la voix masculine), voire à Belle and Sebastian, Mercury Rev ou My Bloody Valentine, pour l'ambiance. Lers morceaux racontent des histoires assez fouillées, tous plus ou moins liées les uns aux autres, comme pour la suite de quatre morceaux Neighborhood, entrecoupée par le magnifique (et triste) Une Année Sans Lumière, chantée en français par l'autre vocaliste, l'Haïtienne Régine (par ailleurs épouse du chanteur Win). Les morceaux sont souvent fort riches : outre les instruments habituels, on retrouve un accordéon, des cordes, des chœurs, ce qui pourrait parfois (mais peu souvent) sonner un peu too much, mais ce serait vraiment le seul reproche à faire. Funeral est vraiment, je le répète, exceptionnel, riche et simple, triste et euphorique, et est peut-être le meilleur album de 2004.

9/10

23:32 Écrit par Denis | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.